S1E04 « Comme les doigts de la main » #MÉDIATION

ou mon “Top 5 des motivations pour faire un blog de Top 5” :

Dur d’entamer un blog de contenus de médiation culturelle et scientifique (et technique et industrielle et d’innovation et numérique et …). L’acte fondateur du premier billet déterminera peut-être le devenir de cet espace numérique. Alors pour affronter mon angoisse, je commence avec cette petite contextualisation inaugurale en 5 points de ce qui me pousse à m’exprimer ici.

1/ “Laissez nous chanter”, comme disaient les poètes (1)

Au bout d’une quinzaine d’années à expérimenter différentes approches et fonctions professionnelles, à parler au nom de sa structure, à être vigilant de ne pas froisser des partenaires, des institutions, des collègues… Il faut bien avouer que l’on à besoin de pouvoir s’exprimer et de partager une opinion librement, en dehors des clous, des gabarits et figures de styles imposées du bilan, fiche projet ou rapport d’activité. Alors pourquoi pas moi.

2/ “Écrire, c’est se souvenir”, c’est sûrement encore un truc de poète mais je serais bien incapable de dire lequel.

Certain-e-s gèrent mieux que d’autres la complexité du monde qui les entoure, les changements de nos modes de travail, le flux d’informations qui nous inondent et auquel nous participons, les remises en cause que nous imposent une société et un monde en crise. Moi, non. J’ai besoin de me créer ou de poser en mémoire un corpus d’éléments qui font références pour moi, de me constituer une grille d’expertises, de les savoir là tout proche, un peu sérieux mais un peu déconnant aussi. Et potentiellement, c’est aussi pour mieux les retenir, mieux les articuler et les réinvestir.

3/ “Écrire, bah c’est écrire”, et effectivement dit ainsi, ça manque de poésie.

C’est pas pour rien qu’on m’a dit quand j’étais petit “nan, mais fait sciences parce que t’es nul en français” : c’était vrai. Je persiste à expliquer à qui veut l’entendre que mon cerveau ne voit pas les phrases et ne bénéficie pas des mots ou relations neuronales qui me permettent d’exprimer les concepts et idées qui sont pourtant bien présents dans ma tête. Avis aux neurologues et chercheurs en cognitif qui passeraient par ici : est-ce que ce phénomène porte un nom ? J’ai fait des essais avec le dessin et le mime, mais le résultat est presque le même. Ce blog est donc aussi une tentative pour m’exercer à écrire et à me rendre intelligible auprès de mes pairs. Ce qui se conçoit bien s’énnonce clairement – Et les mots pour le dire s’énonce clairement (2). C’est bien une vision de poète ça…

4/ “Cinq sur cinq, un point c’est tout”, point de quatrains, de rondeaux ou d’alexandrins et encore moins de rupture à l’hémistiche.

Poser 5 points de référence, c’est pas trop. Parfois même, c’est pas beaucoup. Et souvent c’est trop peu. C’est donc un bon outil pour aller à l’essentiel. Cela contraint au choix, donc à la sélection et de cause en conséquence à la décision (et donc à embellir le monde diraient les plus optimistes). Mais 5 c’est aussi beaucoup. Au bout de 3 on peut sécher. Cela revient à admettre ou réaliser qu’un sujet n’en n’est peut être pas un, ou bien qu’il est mal abordé. Je trouve donc que c’est un bon exercice. Il n’est pas rare (les mauvaises langues diront que c’est systématique) que je me soumette, ainsi que mes interlocuteurs, à cette gymnastique, que ce soit lors de la formalisation de projet ou de la convergence d’idées. Essayer, pour la poésie, vous verrez bien.

5/  “Allez, Rob, cite-moi vite les cinq pires crimes contre la musique commis par Stevie Wonder dans les années 1980 et 1990” (3)

Un top 5 c’est “rock”, c’est “pop”, pas prise de tête, déjà connus et efficaces ; ce qui en soi-même est déjà presque un top 5. De High Fidelity (4) aux classements des magazines, on peut lui donner la forme, le thème, les objectifs que l’on veut et surtout créer du débat. Au final, c’est aussi un choix arbitraire, libre et sensible. Et à défaut d’être un fondement de la posture de médiateur culturel, si ça c’est pas de la poésie !

 

Top 5 de vos questions, critiques, compléments, insultes, louanges, corrections orthographiques ou sonnets à ma gloire dans les commentaires.

 

MAIN 1

(1) https://www.youtube.com/watch?v=pbOYd23NWKA

(2)  Nicolas Boileau –  http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Boileau

(3) Jack Black, Stevie et les filles dans le coma – https://www.youtube.com/watch?v=-ECyX8A3iP0

(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/High_Fidelity

2 réflexions sur “S1E04 « Comme les doigts de la main » #MÉDIATION

  1. Bravo pour ce lancement et ce premier (quatrième) Top 5 ! Pour le coup, j’ai dénombré 12 fautes… va falloir que je choisisse mes 5 préférées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *