S1E07 « Pourquoi tu ramènes ta science ? » #chercheurs

ou mon « Top 5 des leviers pour mobiliser des équipes de recherche dans des opérations de culture scientifique »

J’intervenais il y a peu au sein du congrès « Sciences and you » pour évoquer la démarche Living lab formalisée avec les collègues des centres Inmediats. J’y ai retrouvé dans les débats et échanges des participants une interrogation récurrente depuis de nombreuses années : mais qu’est-ce qui pourrait bien encourager les chercheurs à participer à des activités de culture scientifique ?

Une discussion prolongée avec Stéphanie Couvreur de la Diagonale Paris Saclay, interrogeait spécifiquement les éléments de motivation des chercheurs en sciences fondamentales.

Tout d’abord, l’argument de la «rémunération » dédiée a peut être fait long feu. L’autre idée qui consiste à imaginer que la participation à des actions de culture scientifique s’inscrive dans l’évolution des carrières des scientifiques tarde également à se concrétiser. En attendant que ces vœux pieux deviennent réalité (et ma fois tout le monde s’en porterait mieux) quels sont les autres leviers incitant à la participation des scientifiques ?

Avec les collègues des centres Inmediats qui entretiennent une réflexion sur les démarches Living lab, nous avons produit un cahier présentant les principaux outils et repères de notre démarche. Y figure une réflexion sur les leviers de la participation. Ce Top 5 se l’approprie et le complète en vous invitant à ne faire qu’un ou deux choix max dans la liste suivante.

1/ C’est là que ça se passe !

Il doit être moins difficile de faire venir un chercheur à la « Tête au carré » sur France Inter, voire sur un plateau de télé régionale que pour animer un stand sur la place du marché. Comme disait l’ami Terence, « j’aime bien que les gens me regardent ». Et lorsque c’est fait, en toute honnêteté et que c’est assumé, il ne faut pas en rougir et prendre à la légère ce que l’audience d’un projet peut apporter comme motivation. Cette dimension de « Valorisation » doit en revanche être réelle : apparaître en photo dans la gazette locale sera limite contre-productif. Faire en sorte que les chercheurs qui participent, fassent partis d’un club de privilégiés, et soient éventuellement associés à des noms ayant une portée nationale ou internationale. Si vous ne vous sentez pas prêts à assumer ce caractère bling bling narcissique de l’humanité (mais qui ne fait de mal à personne) alors trouvez un autre levier. 


2/ C’est bien, c’est beau, c’est pro !

Comment se fait-il que les chercheurs soient présents dans une rencontre comme « Science and you » et pas dans des rencontres similaires organisées par des acteurs culturels ? Parce que ce type de rencontre constitue un espace / temps idéal pour présenter ou faire la démonstration d’un savoir-faire. Il permet d’enrichir son réseau et d’intégrer un environnement professionnel. On y est reconnu par ses pairs et les relations que l’on y tisse, sont susceptibles d’être porteuses de nouveaux projets, de nouvelles collaborations. Ainsi, il ne faut pas envisager le levier « Professionnel » uniquement comme une obligation (c’est marqué dans vos objectifs et votre contrat !) mais aussi comme une démarche personnelle de l’intervenant scientifique. Si votre projet culturel ne vous permet pas de mobiliser un écosystème professionnel suffisamment riche et diversifié et potentiellement porteur d’enrichissement professionnel pour le chercheur, alors il faut encore trouver autre chose.
Enfin, si on arrive à fait en sorte que l’intervention ou la participation d’une équipe de recherche fasse l’objet d’une parution au terme du projet, on a atteint une des « Graal » du levier professionnel pour un chercheur !


3/ Ah, mais je suis bête vous devez jouer avec les règles à l’Aquitaine, vous !

Apprendre quelque chose ou produire de nouvelles connaissances… Il est vrai que lorsque l’on souhaite à mobiliser des chercheurs, ils ou nous imaginons mal comment une opération culturelle peut être productrice de connaissances pour eux. Néanmoins se placer face à un public novice permet régulièrement de réinterroger ses propres pratiques. Le public en lui-même peut être producteur de données. Enfin, l’émergence des outils numériques (Fab Lab, réseaux sociaux, logiciels divers open source et autres cartes Arduino, …) dont de nombreux centres culturels se sont dotés, constitue un nouvel élément attractif pour certains chercheurs. Ils peuvent s’associer à une démarche de médiation culturelle si elle leur permet de s’y initier. Permettre aux chercheurs de se former à des technologies ou de découvrir de nouveaux domaines et secteurs d’activité n’est donc pas à exclure.


 4/ Ça, c’est fait !

Une bonne partie des financements de recherche dispose d’une ligne budgétaire qui correspond à des actions de communication. Elles deviennent aujourd’hui incontournables pour obtenir des financements. L’intervention de chercheurs dans des opérations culturelles leur permettra de valider ce qui peut apparaître pour une formalité administrative. Idem pour un enseignant chercheur : si on peut négocier que les activités de médiation culturelle comptent pour des heures d’enseignement, c’est également un levier. Enfin, il convient aussi d’identifier dans quelle mesure leur intervention peut faire l’objet de parution scientifique, mais c’est déjà plus compliqué. Communiquer, enseigner, publier, … des contraintes qui pèsent parfois sur certains chercheurs qui voudraient se consacrer à leur recherche. Si les opérations de culture scientifique lèvent ces obligations, c’est déjà ça de gagné.


5/ Engagez-vous qu’ils disaient …

 Il ne faut pas sous-estimer le levier de la conviction et du militantisme des chercheurs. Embrasser une carrière de chercheur relève de la vocation et d’un engagement personnel fort. Pourquoi ont-ils choisi ce métier ? Comment y sont-ils parvenus ? Qu’est-ce qui les anime au quotidien ? Quels sont les enjeux culturels, scientifiques, économiques et sociétaux auxquels leur travail participe ? Finalement, un peu les mêmes questions que celles qui supposent nos propres engagements professionnels en tant que médiateur culturel et auxquelles ils apporteront leurs propres réponses. Intégrer dans ces projets des temps qui permettent aux chercheurs d’exprimer leurs convictions, de témoigner de ce qui les enthousiasme au quotidien, reste un réflexe qui peut porter ses fruits.

 

Pour ma part, je les ai tous testé, et il n’y a pas de recette miracle. Juste un discours à adapter en fonction de son interlocuteur et en toute transparence et honnêteté.

Pareil, si vous voyez des fautes dans cet article, soyez honnêtes et n’hésitez pas à me les signaler.

SUBLIMATION2

3 réflexions sur “S1E07 « Pourquoi tu ramènes ta science ? » #chercheurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *